BLOG DES AMIS DE GEORGETTE LEMAIRE

  • Accueil
  • > Recherche : musee georgette lemaire

3 décembre, 2010

AFFICHES ET SOUVENIRS

Classé sous divers — jaklin doumer @ 12:07

PROGRAMME BOBINO 67 en 1ere partie Colette Chevrot

numeriser0271.gif 

                108026620.jpg    geobobino67scene.jpg    47318resizeandfill416x331.jpg

 

         PALMARES DES CHANSONS 1968 (cliq ci-dessous)

http://grandorchestras.com/lefevre/video/lefevre-palmares-68-jacques-dutronc.html

 

 

huy1968affiche.jpg 

            geobobiciparis68.jpg     geo4.jpg    geo6.jpg

                                  

               920963694.jpg 

            

 

   afficheolympiadrapfrancredim25.jpg

   8affichegeoalangan.jpg

   montlucon1.bmp

        13agetendresaison51.jpg

 

     VISITE DU MUSEE(1977)« LE PETIT

         RAPPORTEUR »J.MARTIN A2

http://www.ina.fr/video/CPB7805597204/musee-georgette-lemaire.fr.html

            georgetteetlastrologie.jpg

           1couverture2011.bmp

           3lestrpublicaindumars2010.bmp

           3vlapressepluslesgrossesttes.bmp

1 décembre, 2010

Classé sous divers — jaklin doumer @ 13:20

  LE GRAND RETOUR TANT ATTENDU

  DE GEORGETTE LEMAIRE AINSI QUE

  LA REEDITION DU CD « INTIME »

   georgettecdintime1448.gifgeorgettecdintime1448.gifgeorgettecdintime1448.gifgeorgettecdintime1448.gif

   

        glemaire00122232x1.jpgglemaire00322232x3.jpgglemaire00422232x4.jpg

        glemaire00522232x5.jpgglemaire00622232x6.jpgglemaire00822232x8.jpg

        glemaire00722232x7.jpgglemaire00922232x9.jpgglemaire01022232x10.jpg

IMMENSE SUCCES POUR GEORGETTE LEMAIRE QUI A DEBUTE

LA TOURNEE « AGE TENDRE  » A CHALON SUR SAONE CE 6 MARS

        geoagetendrerep.jpg

                            Photo prise durant la repetition

                      

        agetendresanstitre1.bmp

 

 

 

         INTERVIEW DE GEORGETTE DANS L’EST REPUBLICAIN

     

         geolestrep41html37cd7f4e.jpg

 


 

 

La vie en noir

Georgette Lemaire : « Je suis une femme sans hommes »

Trente ans qu’elle n’était pas partie en tournée. « Quand faut y aller, faut y aller ! » lance-t-elle alors qu’en fond sonore des techniciens exécutent les derniers réglages. Georgette Lemaire, qui se désespérait d’être la « chanteuse qui ne chante pas » a repris samedi la route, à Chalon-sur-Saône, à l’invitation de Michel ALGAY, le producteur du spectacle « Âge tendre et têtes de bois », un spectacle endeuillé dimanche par la mort, d’une crise cardiaque, de Patrick Topaloff. Le show, prévu pour une vingtaine de dates jusqu’en juin (le 11 à Nancy, le 12 à Dijon) réunit, pour la cinquième saison, d’anciennes gloires de la chanson, dont, pour la première fois, celle qui fut évincée du « Jeu de la Chance », le 21 novembre 1965, par une certaine Mireille Mathieu. Ce jour-là, elle a obtempéré « sans trop de résistance », avant de comprendre : « Entre la blonde Georgette et la brune Mireille, Johnny (Starck, l’impresario des débuts de Johnny Hallyday) a fait son choix et je ne m’en remettrai jamais », confie-t-elle dans un livre où elle règle ses comptes, post mortem, au Pygmalion de la demoiselle d’Avignon. « Johnny Starck m’a tuée, c’est la vérité, tout le métier est au courant. Si j’avais fait ce bouquin (*) de son vivant, il ne serait jamais sorti. Il l’aurait bloqué », assure-t-elle.
« Je n’ai connu que des embûches, les huissiers, les expulsions… »

À l’ère des yé-yé, une seule nouvelle Piaf suffisait, analyse Georgette Lemaire qui avance une autre explication : elle a du caractère. De plus, ajoute-t-elle, « je suis alors déjà mariée, mère de famille et donc difficilement malléable ». « Jamais, je n’aurais pu me laisser diriger » reconnaît-elle. Aux « méchants » de la profession, qui lui ont barré le chemin, elle oppose quelques « gentils » : Brassens, Enrico Macias, Alain Barrière, Joe Dassin, Nicoletta ou Pascal Sevran. C’est grâce à l’intervention de l’animateur que bien plus tard, au plus profond de sa mouise, elle a obtenu de François Mitterrand un poste au Conseil économique et social, deux ans à quatre mille francs par mois : « Il m’a littéralement sauvé la vie ». Une vie en noir foncé : « Plutôt un polar qu’un conte de fées ! » s’exclame-t-elle. « Je n’ai connu que des embûches, des revers, des catastrophes, des huissiers, des expulsions, mais je suis fataliste : arrive ce qui doit arriver ». Elle le croit :

« On est marqué à la naissance. On a beau forcer les portes, quand elles ne veulent pas s’ouvrir, elles ne s’ouvrent pas ». Bien qu’elle ait connu de vrais succès avec ses disques, dix-sept rappels un soir d’avril 1972 à l’Olympia, des galas à guichets fermés, qu’elle ait même eu son musée à Angoulême, elle se rappelle surtout du pire, ses drames, ses passions éteintes. Après deux mariages, elle est «une femme sans hommes». Et regrette de ne pas voir plus souvent ses trois fils. C’est pourtant l’un d’eux, Antoine qui produit son nouvel album, prévu fin mars et intitulé : « Inoubliable». Devenue, de son propre aveu, dépendante des antidépresseurs, Georgette Lemaire, la nuit, fait de la récup’ dans les rues de Créteil : «A chacun son parcours du combattant : le mien m’aura fait manquer d’amour et d’argent ! ».

Michel Vagner.

(* ) « À m’en déchirer le cœur »,
Éditions du Toucan, 202 pages, 18 €.

Mardi 9 mars 2010 -

         

peio |
stefbm3 |
j'ai cette musique dans la ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | impressionism
| lorie
| En attendant Jarre