BLOG DES AMIS DE GEORGETTE LEMAIRE

  • Accueil
  • > Recherche : devient georgette lemaire

26 juin, 2014

GEORGETTE LEMAIRE LA PLUS GRANDE CHANTEUSE REALISTE FRANCAISE

Classé sous accueil,divers — jaklin doumer @ 7:18

 

DIGITAL CAMERA

Au cours de cette lecture vous pouvez écouter l’interview de Georgette Lemaire par Benoît de « Radio France »

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11240-28.06.2014-ITEMA_20647815-0.mp3

 

 

 

 

 

 

Georgette Lemaire en concert à la Sorbonne

L'héritière de Piaf, Georgette Lemaire chantera le 27 mai à 21h sous les dorures de l'amphithéâtre Richelieu.

 

L’héritière de Piaf chantera le 27 mai à 21h sous les dorures de l’amphithéâtre Richelieu. Ses ennuis s’éloignent. Un héritage inattendu lui permet de régler ses dettes. Elle n’est plus menacée d’expulsion.

Quand arrive fin mai, il y a Roland-Garros, les révisions pour le Bac et… le concert annuel d’une vieille gloire de la chanson française à la Sorbonne. En 2013, Annie Cordy, 85 ans avait mis une ambiance folle dans l’amphithéâtre Richelieu. Une soirée mémorable. Dans la salle pleine à craquer, le public debout, l’applaudissait à tout rompre et entonnait en cœur,Tata Yoyo, et autres tubes dont Cho Ka Ka O. Cette année, on attendait Rika Zaraï, 75 ans. Elle avait prévu de faire son retour sur scène, ici, cinq ans après un terrible AVC. Pas encore tout à fait remise, l’interprète d’Hava Naguila et de Sans chemise, sans pantalon a préféré reporter sa prestation à l’automne. C’est finalement Georgette Lemaire, 71 ans qui la remplace. Outre Padam Padam, elle chantera, de sa voix gouailleuse, Sa casquetteEt si c’était vraiLes Millions d’amoureux et La Rue Saint-Vincent. *

Un bouffée d’air frais après tous ses problèmes cet hiver, dont la menace d’expulsion de son appartement à Créteil au sud de Paris, «Cela va beaucoup mieux», confie-t-elle. Grâce à l’héritage inattendu de 20.000 euros d’une tante, elle va pouvoir réduire ses dettes (qui s’élèvent 23.000 euros) auprès de Créteil Habitat. Et ce d’ici juillet.» Il ne lui restera donc plus à rembourser que 3000 euros. «Pour rembourser ce reliquat et pouvoir à l’avenir payer mon loyer, il faut que je fasse des concerts payants et que je vende des CD», explique-t-elle.

 «Quand je suis allée voter aux élections municipales à Créteil où j’habite en mars dernier, un conseiller du Maire m’attendait, raconte-t-elle. Sur ses conseils, j’ai eu Monsieur le Maire au téléphone. Je l’ai félicité pour sa réélection. Il m’a dit de ne plus m’inquiéter, qu’on me donnerait du travail et que si j’avais le moindre problème, de le joindre. Ce que je voudrais maintenant, c’est mieux vendre mon CD Paris Jazz sorti en avril. J’en ai vendu une bonne centaine par Internet via le site de mon fils Antoine (balablanmusic.com) et le mien (georgettelemaire.com) et mon distributeur en a écoulé 1500 dans les magasins. Le problème, c’est qu’il faut faire du réassort. J’ai pris contact avec Universal car j’aimerai beaucoup entrer dans leur maison de disques. Ce sont eux qui ont mes autres disques du temps de Philips/Polydor.»

* Entrée gratuite mais réservation obligatoire à agenda-culturel@paris-sorbonne.fr ou 0 140 46 33 72.

 

 

Amphithéâtre Richelieu où s’est déroulé le concert de Georgette le 27 Mai(voir les 2 vidéos ci-dessous)

 

salle concert 27 mai sorbonne1

          Quelques échos nous le confirment.Ce fût un triomphe!

 

10004054_10201916879506058_5591914330052104018_n

10371520_10201916871025846_2968849582311908989_n

 

http://www.dailymotion.com/video/x1xc82h

 

http://www.dailymotion.com/video/x1xc5yf

Interview de Georgette Lemaire

Propos recueillis par IdolesMag.com le 23/04/2013.
© Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation écrite de IdolesMag et/ou Dehmar SARL.

Georgette Lemaire, Christophe Berrak

Georgette Lemaire a publié son nouvel album, « Paris Jazz », le 14 avril dernier, un disque dans lequel la chanteuse célèbre Paris au travers de standards des années 30-40 sur des airs jazzy. Nous avons été à sa rencontre afin d’en savoir plus sur ce projet. Georgette Lemaire ne pratiquant pas la langue de bois, nous évoquerons également ses débuts, son parcours en dents de scie et en marge du système, la précarité du métier de chanteur et le non-succès de son précédent opus, « Inoubliable », pourtant superbe de bout en bout. Rencontre avec une artiste de caractère, rebelle, révolutionnaire et anarchiste qui a mené sa barque tant bien que mal dans les méandres du showbizz…

                           GEORGETTE LEMAIRE LA PLUS GRANDE CHANTEUSE REALISTE FRANCAISE dans accueil georgette-lemaire-08

Georgette Lemaire, Paris JazzIdolesMag : Quand ce projet « Paris Jazz » a-t-il commencé à prendre forme ?

Georgette Lemaire : Bonne question! [Georgette demande à son fils et producteur Antoine Blanc] Donc, en janvier 2013 ! Il devait sortir pour mon anniversaire, le 15 février de l’année dernière. Mais bon, il est sorti avec un an de retard… Ce n’est pas grave !

De quoi aviez-vous envie au départ ? D’aller vers quelque chose d’un peu jazzy ? De chanter Paris ?

Surtout pas de chanter Paris ! En vrai, je n’avais pas vraiment d’idée à la base. J’avais surtout dit à mon fils et à mon mari que je voulais un style jazz au niveau des orchestrations. Paris… c’est moi qui y ai pensé plus tard. Mais je n’étais pas vraiment d’accord, j’avais plutôt lancé l’idée en l’air. C’est après que mon fils m’a bousculée pour que je chante Paris. Je trouvais ça dérisoire. Je dois vous dire que j’étais un peu en colère… parce qu’on avait fait un premier CD qui était superbe à mon goût, « Inoubliable », dans lequel je ne chantais que des créations. Et comme on n’a pas été médiatisés, le CD n’a pas rencontré le succès. J’étais dans une colère noire ! J’ai donc lancé« on n’a qu’à chanter des chansons à la con sur Paris ! Et ça, peut-être que ça va marcher !! » Voilà ce que j’ai dit à mon fils. Lui, là-dessus, m’a dit que ce serait une super idée. Mais pour moi, c’était juste une boutade. En fin de compte, il m’a relancé là-dessus. Je n’étais pas d’accord. Alors, il a amené son père avec lui pour me décider et… ils ont fini par m’avoir !! (rires) Ils m’ont dit « Allez maman, il faut que tu le fasses ! » Je me demandais ce que j’allais bien pouvoir chanter sur Paris. Je ne savais pas quelles chansons choisir. Comme tout le monde chante ces chansons-là… je ne voulais pas les rechanter une énième fois. Et puis, je ne savais pas trop où aller chercher. Le fait est que j’ai beaucoup de CDs de Jazz chez moi, mais quasiment aucun de variété. Alors on a lancé la piste Aznavour… J’ai dit « Ah non ! On ne va pas recommencer ! » Mais son répertoire m’intéressait parce que j’aime beaucoup ses textes. On a donc choisi deux titres d’Aznavour et on a cherché d’autres chansons. Pour finir, j’ai lancé des titres un peu au hasard, mais toujours des titres qui me plaisaient. Vous savez, des chansons sur Paris, il y en a des millions. Il a donc fallu faire un choix. J’ai demandé aussi à Antoine, mon fils et producteur, et à mon mari, lesquelles on pourrait adapter en version jazzy. Il y a des chansons dont on ne peut pas non plus trop changer l’orchestration. J’aurais aimé chanter du jazz en anglais… Mais malheureusement, ça n’a pas pu se faire ! (sourire) Voilà comment est venue l’idée. Au final, je vais être honnête, je suis vraiment contente du résultat.

Il est très chouette, cet album.

Ce n’est pas mon genre de dire ça… Mais il est chouette, c’est vrai. Tous les disques que j’ai enregistrés depuis que je chante, je ne les ai jamais écoutés. Alors que celui-là, je l’écoute tous les jours et même deux ou trois fois par jour.  Je m’enfile les vingt-deux titres deux ou trois fois de suite, avant de me coucher le soir par exemple. C’est en tout cas très rare que je passe une journée sans l’écouter. Mais c’est la première fois que ça m’arrive depuis mes vingt-deux ans ! Jamais je n’ai écouté mes disques. Peut-être le premier… mais pas autant que celui-là. Ah si, « Inoubliable », je l’ai beaucoup écouté aussi quand j’y repense. Mais j’étais tellement déçue que personne n’ait bougé sur ce CD… ça m’a dégouté assez de la chanson ! Et de la variété !

georgette-lemaire-09 dans diversVous n’êtes pas très variété finalement.

C’est ce que je disais à votre collègue tout à l’heure ! Quand j’allume la télévision, je regarde plutôt un DVD. Je regarde souvent le même film. Ça ne me dérange pas de regarder plusieurs fois le même film quand il me plait.

Quel genre de films regardez-vous ?

J’aime bien Scorcèse, les films américains. Pas tous, n’est-ce pas ?!… J’aime pas les trucs conventionnels comme les Agatha Christie ou les Hitchcock. J’aime pas tous ces trucs-là. Moi, ce que j’aime, c’est Scorcèse, c’est la mafia… Les gens ont une image de moi qui n’est pas moi du tout. Ils s’imaginent que parce que je suis née à Paris, j’aime tout ce qui se rapporte à Paris. Mais non ! Au niveau cinéma, par exemple, j’aime les histoires américaines. Et le pire, c’est que j’aime des films que j’ai un mal fou à trouver à la Fnac. Ils doivent me les commander souvent ! Dans les DVD, comme dans la musique d’ailleurs, c’est toujours les mêmes qu’on trouve dans les bacs. Ça m’énerve aussi !!! C’est le même topo que le CD. Alors… On me dit que je suis rebelle… Ben, oui, je suis rebelle. Je suis révolutionnaire. Je suis anarchiste. Moi, je suis comme ça ! Il faut vivre comme on le sent.

Georgette Lemaire - DR

C’est finalement ce que vous avez fait tout au long de votre parcours, vous avez vécu comme vous l’entendiez.

Vous savez, je ne peux pas me créer un personnage… à moins de tourner dans un film. Et encore, je ne sais pas si je serais bonne ! Je pense que je ne pourrais pas jouer de personnage. Là, je rencontre pas mal les médias en ce moment, mais je suis telle que je suis dans la vie. Je suis aussi la même dans mon métier. Il faut que j’aie des affinités avec les gens. Peu importe de quel milieu ils viennent. Peu importe qu’ils soient barmen ou artistes, je m’en fous. Ce qui m’importe, c’est d’avoir des affinités avec les gens. Et ne parlons pas des gens de mon métier !!!…

Parlez m’en justement de votre métier.

Déjà, ce n’est pas un métier ! Quand on exerce un métier, on a une fiche de paye. La chanson, c’est peut-être une profession, mais ce n’est pas un métier à la base. Il ne faut pas tout mélanger. Les gens exercent leur métier pour vivre et payer leur loyer. Eh bien, pour moi, ce n’est pas le cas ! Comment peut-on dire que je fais le métier de chanteuse ?… Je suis chanteuse, d’accord. J’ai un don. Enfin… Je pense que j’ai un don. Ce doit être ça, finalement. Je suis née avec un don de chanteuse comme l’autre est né avec un don de peintre. Je n’ai jamais appris à chanter. D’abord… je n’en aurais jamais eu la patience ! Faire des gammes, très peu pour moi. Je chante comme je parle, c’est tout. Et bien sûr, je peux chanter sans musique … Je peux chanter seule avec un piano aussi, je n’ai pas besoin de tout un orchestre. Un orchestre, c’est toujours mieux… mais faut pouvoir se le payer ! Et si on n’a pas les moyens, eh bien, on se suffit d’un piano et ça fait très bien l’affaire ! C’est largement suffisant. Du moment que le pianiste est excellent…

georgette-lemaire-10

Vous aimez beaucoup le piano ?

Ah oui. J’adore. Par contre, je n’aime pas l’accordéon. Je vais me faire des ennemis… mais ce ne seront pas les premiers ! (éclats de rire)

Vous reprenez pourtant « L’accordéoniste » de Piaf, dans une version surprenante.

Oui, c’est une très chouette version. J’étais d’accord de chanter cette chanson s’il n’y avait pas d’accordéon dedans. Je leur avais dit en studio : « Si vous me mettez de l’accordéon, je la chanterai pas ! » Je leur ai demandé de trouver une musique sans accordéon. Et pourquoi pas chanter « L’Accordéoniste » sans accordéon ?!… Pour moi, l’accordéon, ça ne le fait pas ! Donc, vous apprécierez la version sans accordéon, et je trouve qu’elle est très réussie. Avec un accordéon, on n’aurait entendu que ça, et pas les paroles. Je ne vais pas dire que c’est mieux ou pas, c’est un choix !

Georgette Lemaire © Christophe Berrak

Vous avez d’ailleurs toujours assumé vos choix. Vous avez un sacré caractère !

Tout le monde dit que j’ai un sale caractère… Mais je dis non ! J’ai un bon caractère, mais j’ai du caractère. Attendez… pour passer des années merdiques comme j’en ai passées, il faut avoir un bon caractère ! Ça a été quand même la traversée du désert pendant quelques années.

C’est le moins qu’on puisse dire.

Au moins un qui connait mon parcours ! (rires)

Comment l’avez-vous vécu ce parcours en dents de scie ? Médiatiquement, vous avez souvent été laissée sur le côté, mais le public ne vous a finalement jamais oubliée.

Il est comme moi le public, d’une fidélité à toute épreuve. Comment se fait-il qu’il est encore là à l’heure actuelle malgré toute cette traversée du désert ? C’est que vraiment il croit en moi… encore plus que moi, finalement ! (rires) C’est grâce au public si je suis toujours là aujourd’hui. C’est le public qui m’a faite. Personne d’autre. C’est eux qui m’ont aidée… C’est dégueulasse ce que le milieu m’a fait derrière ! Parce que c’est le public qui m’a choisie, et finalement, on n’a pas tenu compte de ce que le public avait décidé. Pourquoi on m’a évincée ? Ils pouvaient très bien me laisser chanter de mon côté et faire chanter l’autre du sien. Je ne vois pas pourquoi on m’a évincée. Ça a toujours été la guéguerre…

georgette-lemaire-11

L’histoire est un éternel recommencement. Vous en avez fait les frais à l’époque, comme aujourd’hui de jeunes chanteurs.

Ce n’est pas la même génération du tout ! Mais vous avez raison, je l’ai toujours dit, c’est la même jungle aujourd’hui, à part que c’est en couleurs ! En technicolor ! Et c’est pire aujourd’hui, il y en a qui vont se flinguer, moi je vous le dit ! Il y en a qui l’ont déjà fait et d’autres vont venir… Moi, j’ai compris tout de suite le système quand j’ai démarré dans ce métier… étant donné que je me suis tout de suite fait virer ! (rires) j’ai très vite compris. Si je n’avais pas compris si vite, je ne serais pas là aujourd’hui en train de vous parler. Les jeunes aujourd’hui ne connaissent pas encore bien le système. C’est beaucoup plus enjolivé aujourd’hui. On a de beaux décors, il y a plein de gentillesse partout… de fausse gentillesse, évidemment ! Tout ça, il n’y avait pas à mon époque. Et puis les jeunes n’ont pas encore vécu tous les barrages que j’ai vécus. Donc, ils ne peuvent pas bien comprendre ce système. Même s’ils sont évincés, un autre va les rattraper d’un autre côté. Enfin… on va faire un disque et après, on va le laisser tomber ! Mais ils n’ont pas connu la rivalité comme je l’ai connue. Eux, ils auront toujours de l’espoir. C’est logique. Ils n’ont pas connu une telle rivalité comme je l’ai connue moi.

Vous qui avez débuté au « Jeu de la Chance », regardez-vous les « The Voice » ou « Nouvelle Star » ?

Jamais. Je connais le nom, c’est tout. Je ne regarde d’ailleurs pas ces chaînes. Je regarde ARTE ou ce genre de chaines. Je pense que les jeunes d’aujourd’hui, quand ils tomberont, tomberont d’encore plus haut que moi. Mais ce qui est dramatique, c’est que eux en veulent… moi, je n’en voulais pas ! J’ai pris ce qu’on m’a donné… voyez ce qu’il me reste !! (sourire) C’est donc pire pour eux. Ils vont être encore plus déçus que moi et plus désemparés quelque part. Étant donné que je n’en voulais pas et que ça m’est tombé dessus un peu par hasard… je ne suis pas tombée de très haut. Eux, aujourd’hui, ils ne pensent qu’à ça. Moi, je voulais juste gagner un jeu, c’est tout. J’y suis allée comme le mec qui va gratter un ticket de loto. Moi, je ne joue plus à tout ça. Regardez ceux qui grattent tous les jours pour gagner le jackpot… Mais vous savez combien on est degeorgette-lemaire-12millions sur terre ? Comment se fait-il que tout le monde croie qu’il va gagner ? C’est aberrant de se mettre ça dans la tête. Il y a un mec qui gagne sur des milliers de personnes ! Ce n’est pas une comparaison que je fais, mais si vous voulez, je n’arrive pas à comprendre ça… espérer devenir milliardaire parce qu’on va gratter le bon ticket ou cocher le bon numéro !! Comment les gens vont-ils encore gratter ? Mais revenons-en à la chanson… Je dis que les jeunes de maintenant sont en danger. Personnellement, je dis qu’ils sont en danger de mort. Pas tous !… Enfin, je n’en connais aucun, je ne peux pas dire. Mais il y en a plein qui veulent faire ce métier pour faire ce métier. Ils n’y vont pas pour jouer, ils y vont pour gagner. Alors, s’ils perdent, c’est la cata… Ils y vont pour gagner et pour faire carrière… Attendez ! Comment peut-on aller là pour faire carrière ?!… Comment peut-on faire carrière dans un tel métier ?!… ça va tomber sur une seule personne. Donc, les autres… ça va leur faire mal ! C’est grave parce que ce sont des jeunesses foutues. Les jeunes qui vont dans ces émission espèrent être connus et gagner de l’argent. Ils risquent de trouver tout l’inverse ! Et s’ils gagnent de l’argent, ce qu’ils ne savent pas c’est que ça va durer un temps et qu’après, ils n’auront plus rien ! Parce qu’on passe d’une personne à une autre (j’en sais quelque chose !), et peut-être encore plus vite aujourd’hui qu’avant. Donc, tant mieux s’ils y croient, il ne faut pas empêcher les gens de rêver, mais il faut s’attendre à ce qui va arriver un peu plus tard… Et puis, il y a ceux qu’on ne voit pas à la télé et qui sont de super chanteurs. Mais ceux-là, le public ne les connaît pas parce qu’ils ne passent pas à la télé… Si ça se trouve dans mon immeuble, il y a un super chanteur qui n’ira jamais se présenter à la télé. C’est comme un coup de dés. Mais le problème n’est pas que chez les chanteurs. Chez les peintres, c’est la même chose. Combien de peintres qui ont fait de super toiles ont fini leur vie dans la misère ?!… Ils ont fait des chefs-d’œuvre… mais personne n’en voulait à l’époque ! Faudrait-il être mort pour vivre de son art ?!… C’est aberrant !

Georgette Lemaire, France Gall, Johnny Hallyday, Rika Zarai, Herbert Leonard... - DR

georgette-lemaire-13Il y a aussi les rencontres qui peuvent être décisives.

Oui. La vie, c’est une suite de rencontres.

En avez-vous fait de belles tout au long de votre parcours ?

Ça dépend desquelles vous parlez… Moi, je parle des rencontres inattendues. J’ai en tout cas fait des rencontres importantes… mais pas tant que ça, parce qu’en fin de compte, je suis très casanière et j’ai beaucoup de mal à sortir de chez moi. Je pense que j’ai un gros problème… je suis trop intègre ! On voit des gens, on s’échange des cartes, et finalement, on ne se revoit jamais… Dernièrement j’ai rencontré Monsieur Sanseverino, mais on ne s’est pas revus depuis. On a chanté en duo « À quoi ça sert l’amour ? » On ne se connaissait pas, mais ça a fait tilt en studio au niveau de la chanson.

Vous ne vous connaissiez pas du tout avec Sanseverino ?

Ah non, pas du tout. On ne s’était jamais vus. On s’est rencontrés dans le studio. Mon fils a demandé à Monsieur Sanseverino s’il était d’accord de chanter avec moi. Il m’a fait l’honneur d’accepter. Donc, on ne se connait pas. Et depuis qu’on a enregistré la chanson, on ne s’est pas revus. Donc, c’est une belle rencontre, bien entendu, mais elle n’a pas été approfondie pour l’instant. On s’est rencontrés, on a discuté un peu, on a chanté ensemble. Après, on se reverra sans doute un jour ou l’autre. Mais pour revenir aux autres rencontres que j’ai pu faire… je suis tout de même restée plus de trente ans sans chanter.

Vous avez retrouvé quelques collègues quand vous avez fait la tournée « Âge Tendre ».

Oui, oui… ce n’était pas des rencontres, ça. Bon, il y avait mon pote, Hervé Vilard, que je connais depuis longtemps. Hervé, je l’aime beaucoup. Il me connait bien quand même parce qu’il avait dit que je n’étais pas faite pour cette tournée. Il avait raison. Il avait totalement raison, je n’étais pas faite du tout pour ça. J’y ai rencontré d’autres artistes que je connaissais juste de nom. On n’avait jamais mangé ensemble. Donc, forcément avec ce nom qui me colle à la peau, on croit que j’ai connu un tas de gens. On croit que je connais plein de chanteurs et plein de chanteuses. Mais pas du tout ! Je n’en ai pas connu plus que certaines personnes qui se baladent dans la rue. Étant donné qu’on ne se voyait jamais, que je ne passais pas en télé, on ne se côtoyait pas. Je ne pouvais pas les voir. Donc, j’aurais bien aimé rencontrer plein de gens, mais ça ne s’est pas fait. Tenez, un mec qui m’a énormément marquée et que j’aimais beaucoup, c’est Jacques Martin. On n’a jamais mangé ensemble non plus, mais ce sont des rencontres qui m’ont marquée quand même parce qu’on avait des points communs. C’est difficile de raconter un passé qui n’a pas vraiment existé. Mon nom a toujours existé… mais je n’ai pas beaucoup pratiqué !! (éclats de rires) J’aurais bien voulu connaître plus de gens, mais ça ne s’est pas fait. C’est un peu la jungle le showbizz. Tout le monde ramène tout à sa personne et voit ses propres intérêts. Ce n’est pas vraiment mon milieu. Parce que moi, je suis chanteuse, mais je n’ai pas voulu l’être. Je suis tombée dans le chaudron par hasard, même si j’adorais, et que j’adore toujours, chanter. Les gens qui travaillent dans la chanson sont des gens tout de même plus ou moins cabots ! Moi, je ne suis pas cabot du tout, donc, c’est très difficile. J’arrive mieux à parler avec d’autres gens que des chanteurs, des gens de ma profession. J’adore parler de politique… là, mon fils me dit que je suis en train de parler d’anarchie au lieu de parler de mon disque, mais c’est plus mon domaine quelque part…  Quand je lis des bouquins, c’est plus ça. Je déteste lire des biographies de chanteurs. C’est toujours la même chose ! J’aime bien mieux lire un livre sur la guerre de 14 ou ce genre de choses…

Georgette Lemaire © Christophe Berrak

Finalement, on vous connait assez mal.

Les gens ont du mal à me définir, et je le comprends très bien ! Je n’ai pas vécu dans ce métier. Si je l’avais fait, je pourrais raconter ma vie en détail.

Vous avez toujours été en marge du système.

Voilà, c’est le mot. J’ai toujours été en marge de ce métier. Mais ce n’est pas une impression, c’est une réalité. Attention… Ce n’est pas moi qui l’ai décidé. Ça s’est fait comme ça. Je ne pouvais pas faire autrement puisqu’on m’a évincée et qu’on m’a mise sur le côté. On vous ferme une porte au nez… vous n’allez pas l’enfoncer tête la première… ou alors vous êtes maso !! (rires) Mais que vouliez-vous que je fasse ? Et puis, je ne suis pas d’un tempérament jaloux. Je dis toujours que quand c’est pas l’heure, c’est pas l’heure. À mon avis, ce n’était pas mon heure… ça l’était peut-être quand je suis passée à la télé. Et ça va peut-être l’être aujourd’hui avec cet album. Mais je ne sais pas ce que le public va en penser… j’espère du bien ! (sourire)

georgette-lemaire-14

On va revenir à « Paris Jazz », mais j’aimerais évoquer un instant votre précédent album, « Inoubliable », qui était magnifique, mais qui n’a pas du tout fonctionné. À quoi l’attribuez-vous ?

Je n’en sais rien. Et je suis bien d’accord avec vous, il était magnifique. Je suis écœurée que personne n’ait capté cet album. Demandez à mon fils pourquoi il n’a pas fonctionné… [Georgette mange un chocolat]

Antoine Blanc : On était sur des chansons inédites et il n’a pas été très bien couvert médiatiquement. On n’a pas eu une très bonne distribution non plus. Mais je suis d’accord avec vous, c’était un album intéressant. Très honnêtement, on compte sur « Paris Jazz » pour reparler d’« Inoubliable ». Ce n’est pas impossible que cet album ait une deuxième vie grâce à « Paris Jazz ». Beaucoup de vos confrères nous en parlent d’ailleurs.

Georgette Lemaire : C’est vrai que ce qui serait génial, ce serait qu’« Inoubliable » ressorte après, dans la foulée. Si on fait un gala, on chantera des chansons d’« Inoubliable » et les gens pourront l’acheter après le spectacle. Il y a dedans des chansons très belles comme « Noir » ou « Inoubliable ». J’ai écrit des paroles sur cette chanson en hommage à Marie Trintignant. J’ai voulu écrire pour cette femme parce quand elle est morte, j’ai eu un choc terrible. C’était une fille hors-norme. J’aimais bien sa façon de jouer, sa façon d’être tout simplement. J’aimais sa façon de parler aussi. Aussitôt qu’elle est morte, je me suis mise à pleurer. J’ai vraiment eu un choc. Des paroles me sont venues dans la tête tout naturellement… pourtant, je n’ai jamais écrit de chanson ! Des paroles sont venues et une musique a suivi. Et après, Antoine l’a orchestrée et elle est bien passée, je pense… J’avais même parlé de son père dans la chanson, mais on me l’avait fait enlever parce qu’on aurait pu avoir des problèmes. Pour moi, « Inoubliable », ça voulait dire « Marie Trintignant Inoubliable ». C’est une actrice qui m’avait marquée.

Revenons à « Paris Jazz ». Dans le livret, vous évoquez « Champs Disques », le célèbre magasin de disques sur les Champs-Elysées. C’est toute une époque !

C’est là que j’allais acheter mes disques. Je venais spécialement de Nogent pour aller chez « Champs Disques ». Ils faisaient beaucoup d’imports. Ils avaient un stock impressionnant de 33 tours en import. Et j’ai découvert Al Jarreau grâce à « Champs Disques ».

Georgette Lemaire et Henri Salvador - DR

Quel regard jetez-vous sur la disparition des petits disquaires ?

Je trouve que c’est hyper dommage. C’était très familial d’aller chez un petit disquaire. Mais personnellement, j’aime bien la Fnac. Ils me commandent tous les DVD dont j’ai envie. On a un peu oublié les disquaires aujourd’hui… En plus, même à l’époque, très honnêtement, je n’y allais pas trop souvent non plus. J’allais plutôt au cinéma. Ce qui m’a plus marquée, c’est le changement des salles de cinéma. C’est surtout ça qui m’a marquée. Je n’allais pas assez souvent chez le disquaire. Mon premier mari m’avait acheté le 45 tours de « Milord ». Mais quand j’étais jeune, j’allais plutôt au cinéma. On n’avait pas d’argent quand j’étais jeune pour acheter des disques. On écoutait la radio. Ce n’est que plus tard, quand j’ai eu mes premiers enfants qu’on a acheté un tourne-disque. Mais quand j’étais gamine, j’écoutais Piaf, Aznavour, Enrico Macias et Jean Ferrat aussi. Des fois je chantais par-dessus toute seule… Chanter, c’était mon hobby. Jamais je n’aurais imaginé devenir chanteuse un jour. C’était tout petit chez mes parents, il n’y avait que deux pièces, mais il y avait une résonnance, ça me donnait de l’écho. J’aimais bien chanter. J’ai toujours aimé chanter, mais devenir chanteuse me paraissait inaccessible. C’était une chose qui ne pouvait pas arriver dans une vie. Pour moi, les gens qui passaient à la télévision, c’étaient des intouchables. J’aimais chanter pour moi-même, sans avoir aucune arrière-pensée. Devenir chanteuse, ça ne me serait jamais venu à l’idée. Il n’y a qu’une chose qui m’intéressait dans la vie : être avec mes enfants et mon mari. Mon avenir à l’époque il n’était que familial. Ça s’arrêtait là, point barre ! J’ai tout de même un peu travaillé avant, j’ai été manutentionnaire, mais je me faisais taper derrière parce que je ne savais pas compter ! J’ai jamais aimé l’école. J’avais horreur de ça. Donc, à quatorze ans, je commençais déjà à courir les garçons. J’ai toujours trainé avec des potes.

Pas des copines ?

(rires) Jamais ! Je n’ai jamais eu de copines. « Oh, tu as une belle robe ! » « Oh quelles belles chaussures ! »Ça m’énerve ! Ça m’a toujours énervée ! Les trucs de bonnes femmes, ça m’énerve. Je n’ai jamais eu de copine à l’école. Mes potes m’attendaient à la sortie. D’ailleurs, c’est comme ça que j’ai connu mon premier mari. J’étais avec des copains sur un banc avenue du Père Lachaise. Là, j’ai vu un beau mec descendre du bus. Je le regardais avec mes copains. Et d’un coup ce mec arrive près de nous et mes potes m’ont dit que c’était leur chef de bande. Ce n’était pas possible ! Je ne les croyais pas !! Quand il est descendu du bus et qu’il est venu vers nous, j’ai cru à un mirage. Je rêvais ! Mes potes m’ont donc présentée à lui… et c’est comme ça que j’ai rencontré mon premier mari. J’ai une sœur, on ne se voit plus, mais bon… elle n’avait que des copines. Mais moi, jamais. J’aime bien le caractère des hommes plutôt.georgette-lemaire-15

Comment qualifieriez-vous votre parcours en deux ou trois mots ?

Vous me posez une colle, là ! Ça va être difficile pour moi de le qualifier en trois mots ! J’ai envie de vous dire… Chaotique, inattendu… et renaissance. Renaissance parce que je crois beaucoup à « Paris Jazz ». Attention, ça ne veut pas dire que les médias vont être d’accord. Mais moi, je l’aime. Après tout, si personne ne l’achète, je l’aurai au moins pour moi.

Et puis, vous ne vous moquez pas du monde avec 75 minutes de musique ! Aujourd’hui… on tourne plutôt autour des 29 minutes et quelques secondes…

Mon fils ne voulait absolument pas faire un album de douze titres. Il voulait en faire d’avantage. Avec moi… on ne peut pas faire court… Vous le remarquez ! (rires) Mais je trouve que c’est un album de qualité, au niveau orchestration et interprétation. Pourtant, je ne suis pas du genre qui aime se vendre. Mais comme je vous le disais, c’est vraiment le seul que j’écoute. Je ne renie pas ce que j’ai fait avant, mais là, il y a quelque chose de différent. C’était peut-être mon moment.

Propos recueillis par Luc Dehon le 23 avril 2014.
Photos : Christophe Berrak, DR

Créteil : Georgette Lemaire ne sera pas expulsée

La chanteuse bénéficie d’un délai pour rembourser ses impayés de loyer.

 

Georgette Lemaire a sorti l’album « Paris Jazz » il y a un mois. Ses recettes pourraient l’aider à effacer une partie de sa dette locative.  

Georgette Lemaire a sorti l’album « Paris Jazz » il y a un mois. Ses recettes pourraient l’aider à effacer une partie de sa dette locative.   | (DR.)

 

Encore une fois, Georgette Lemaire doit son salut… au monde politique. La chanteuse à succès des années 1970, considérée à l’époque comme la nouvelle Edith Piaf, vivait sous la menace d’une expulsion de son appartement de Créteil (Val-de-Marne). A 71 ans, elle ne se retrouvera pas à la rue, malgré la fin de la trêve hivernale. car, faute de donner des concerts régulièrement, elle devait se contenter d’une petite retraite et a cumulé ces dernières années une dette locative de 20 000 € environ. Fin mars, la chanteuse angoissait à l’idée de se retrouver dehors. Mais le député et mairesocialiste de Créteil vient de mettre fin à son calvaire. Laurent Cathala, par ailleurs présidentde l’office HLM dont elle dépend, a décidé de lui accorder une « indulgence », le temps qu’elle se retourne. Une rentrée d’argent prochaine doit lui permettre d’effacer une partie de l’ardoise.« C’est un peu délicat d’expulser une personnalité qui appartient au patrimoine culturel national », sourit Laurent Cathala. Et d’assurer : « Les services instruisent cette affaire depuis longtemps. » L’ancien secrétaire d’Etat n’a jamais vraiment perdu de vue la protégée de François Mitterrand. En 1989, le président de la République avait demandé à son « ami » de trouver un logement à cette chanteuse engagée à gauche. Déjà, Georgette Lemaire avait été expulsée de son appartement de Paris. Durant cette passe difficile, François Mitterrand l’avait même nommée au Conseil économique et social.Depuis cette bonne nouvelle, Georgette Lemaire revit. La semaine prochaine, elle a rendez-vous avec le bailleur. « Je me sens libérée », souffle celle qui se dit « touchée » par le geste du maire. « Après les élections, son entourage m’a demandé de l’appeler. Je n’osais pas. J’étais toute tremblotante. Tout de suite, M. Cathala m’a rassurée et m’a dit de ne pas m’inquiéter. » Pour autant, la chanteuse au franc-parler sait que « cette indulgence ne pourra pas toujours durer, je ne suis pas idiote ! Il faut que je travaille ».Georgette Lemaire a sorti voilà un mois un nouvel album, « Paris Jazz », dans lequel elle partage un titre avec Sanseverino. Selon son fils et producteur, Antoine Blanc, « l’album reçoit un bon accueil et est très demandé ». Prochaine étape à franchir : convaincre les radios et retrouver la scène.

 

Le Parisien

 

 

CaptureFrance Info le 17 Avril 2014
NE RATEZ PAS L’INTERVIEW (en boucle)SUR FRANCE INFO CE 6 MAI
 
gl rtlbe blog
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
   http://www.dailymotion.com/video/x1r8kll

Georgette Lemaire, nouvel album Paris Jazz


En 2014 Georgette travaille plus que jamais en famille préparant l’album Pariz Jazz, 22 titres de légendes en versions inédites

ImprimerrssPartager cet article :facebooktwitterlivemyspacegooglewikiobingviadeodelicious

Le réalisme est de retour ! Voici un nouvel album pour la chanteuse légendaire Georgette Lemaire. En plus de 40 ans de carrière, celle qui comptera toujours dans le patrimoine de la chanson française, n’avait jamais chanté Paris, ni eu son album de reprises. C’est choses faite avec Paris Jazz qui, sous une forme totalement inédite, rejoue les grands classiques des années 30-40, en explorant tout le meilleur du jazz. Le tout réalisé en famille. Découvrez Paris Jazz avec en premier extrait la vidéodu duo avecSanseverinopour A quoi ça sert l’amour ?

Née un 15 février 1943 à Paris, Georgette grandit à Ménilmontant ; tout près des rues où sont nés Edith Piaf et Maurice Chevalier. Ses promenades d’enfant se faisaient dans les allées du cimetière du Père Lachaise. À 17 ans, elle épouse Daniel Lemaire, naîtront de cette union deux garçons, Pascal et Yvan. Ils vivent à quatre dans un studio de 12 m² à Saint Ouen. Pour survivre à cette situation, digne d’un Zola, Georgette travaille dans une bijouterie, puis dans une maison de couture. Pour exprimer ses joies et ses peines, elle a recours à sa réelle passion : le chant. C’est dans un café du quartier, « Chez Louisette », que la voix et le charme de Georgette Lemaire envoûtent les clients.

En 1965, Georgette participe à l’émission « Le jeu de la chance », l’ancêtre de la Nouvelle Star, présentée par Roger Lanzac. Durant trois semaines, elle est plébiscitée par les téléspectateurs, et France Soir titre en Une : »Une ménagère bouleverse la France».

Après avoir laissé sa place, sans vraiment peser son geste, elle signe un contrat chez Philips et enregistre son premier 33 tours composé de chansons signées Charles Dumont (parolier d’Edith Piaf) dont les deux grands succès «Et si c’était vrai» et «Je ne sais pas». Elle entame une tournée et devient la protégée de Georges Brassens, qui lui propose de participer à son spectacle à Bobino : c’est la consécration. C’est en 1968 qu’elle enregistre un de ses plus grands succès : «Vous étiez belle Madame» signé Jean-Jacques Debout et Pascal Sevran. Au sommet du hit parade, elle est invitée à l’Olympia par Enrico Macias, et le suivra dans une grande tournée d’été. Divorcée de Daniel Lemaire, elle épouse Bob Sellers, son pianiste, qui l’accompagne à la ville comme à la scène. Leur fils Antoine naît en Juin 1969. En septembre 1969, la sortie de l’album «Des millions d’amoureux», lui ouvre à nouveau les portes de Bobino. Elle chante les nouvelles chansons de son 5ème 33 tours dont «Le petit café français», «Et l’amour», «Expliquez-moi pourquoi Monsieur» et «Ce bonheur là ».

En 1972, elle obtient le Grand Prix de «La chanson populaire française», décerné par un jury d’écrivains, composé d’Alphonse Boudard, René Fallet et d’Auguste Lebreton. Au printemps, Georgette doit présenter la chanson «Tant qu’il y aura sur terre» d’Yves Descas à l’Eurovision mais préfère suivre Eddy Mitchell en tournée. En 1973, elle chante avec Tom Jones «Help yourself » qu’elle a repris en français, sous le titre «Ce bonheur là», quatre ans plus tôt. La même année, elle se produit au Royal Albert Hall de Londres et conquiert le public anglais. Suivront les belles années, elle parcourt le monde accompagnée des plus grands : de Tom Jones, Julio Iglesias en passant par Eddy Mitchell ou Georges Brassens et fréquente les salles les plus mythiques : l’Olympia, Bobino, Zénith…

Arrivent les années noires où Georgette se replie sur elle-même, fatiguée des barrages que ce métier dresse tout autour d’elle, sans même écouter ses idées, ses envies. Elle ne se plie pas aux différentes propositions de contrats et de chansons qui ne lui ressemblent pas et sent que son image risque de s’abîmer pour toujours. Elle décide de tout arrêter et préfère vivre sa vie loin du métier, d’attendre le moment de retrouver une qualité artistique qui saura la remettre, à sa juste valeur, au-devant de la scène. Elle ne veut pas être modelée comme une poupée bien sage.

En 1980, elle réalise un album de dix chansons de Charles Aznavour qu’elle a toujours admiré, dont « De t’avoir aimé », «Hier encore» ou «Désormais». A cette occasion Aznavour écrit d’elle : « Une voix, un cœur, une authenticité, et dans son chant les cris de l’animal blessé, telle qu’en elle-même Georgette Lemaire ». En 1985, elle est faite chevalier des Arts et Lettres par Jack Lang et en 1989 François Mitterrand la nomme au Conseil Economique et Social pour 2 ans. Dans les années 80 et 90, Georgette Lemaire continue à faire de nombreuses apparitions télé, notamment dans les émissions de Pascal Sevran, Jean-Pierre Foucault, Michel Drucker ou Jacques Martin, tout en étant chaque mois au bord de l’expulsion, prête à être mise à la rue par un système dans lequel elle n’aura jamais su rentrer.

Il faut attendre 2009 pour que Georgette réalise « inoubliable » l’album le plus brut, le plus rock, le plus proche de sa réalité, souvent noire. C’est grâce à son fils Antoine Blanc et son label Balablan Music que tout recommence : ils concoctent ensemble une sélection de 10 titres. Georgette, qui a toujours été seule à mener sa carrière, est enfin entourée d’une équipe jeune d’auteurs compositeurs : son grand fils, Skalp, alias Pascal Lemaire (David Guetta, Kylie Minogue…), son petit dernier, Antoine Blanc (chanteur, dj & remixeur..) et Frédéric Lebovici (Faudel, Johnny Hallyday..). Antoine n’a qu’une idée en tête : la laisser choisir, ne rien lui imposer, la laisser guider à l’instinct la construction de son futur album, sûrement la meilleure façon pour une artiste de cette envergure de revenir avec justesse auprès du public d’hier et de demain. Tous amènent leurs expériences, leur savoir faire, pour un travail en famille. Ils taillent un costume sur mesure pour cette grande Dame, qui aura finalement fait des petits dans la chanson française (Cali, Dionysos, Juliette…). Autant d’artistes qui, comme elle, ont tracé leurs routes et leurs carrières comme ils l’entendent.

En 2014 Georgette travail plus que jamais en famille en préparant l’album Pariz Jazz, 22 titres de légendes en versions inédites, disponible dans les bacs en mars chez Balablan Music/Abeille Musique.

Celle qui a su rester durant toutes ces années dans l’inconscient collectif et dans le cœur du public est enfin de retour.

6404812-9661882

 

QUELQUES EXTRAITS DE CE SUPER ALBUM QUE VOUS POUVEZ COMMANDER VIA LE SITE DE GEORGETTE: www.georgette lemaire.com 
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
                     Duo inattendu de cet album!
Image de prévisualisation YouTube
MERCI POUR AMALIA…
Image de prévisualisation YouTube
CaptureFrance Info le 17 Avril 2014
Capture Le figaro du 17 Avril 2014

 

 louistteblok12

                                                                                                                          

 

 Image de prévisualisation YouTube                Image de prévisualisation YouTube 

 

65/66

 

              bl1966fg-st-h

[blog2eyoutube]http://www.youtube.com/watch?v=cOkob1lPj5c             Image de prévisualisation YouTube 4e-disc-1bis                                                                                           brassens-blob67                                                 Image de prévisualisation YouTube                    bl1967ok1 Image de prévisualisation YouTube                   1968-fond-1-ere-serie     Image de prévisualisation YouTube                            blog-1968-coul                                                                                                                                                                    jvallee68                                        Image de prévisualisation YouTube                                         1968                                                                                                       1969                                                                                                         Image de prévisualisation YouTube

blog 1969 1ere ok

1970 1

 

fd 71 72 1

71 72 0k

 

 

 

64215_10201555903613284_927229771_n                                                                                   Georgette, Septembre 2013 à la soirée TV Melody

 

 

                                                                    http://amelienothomb.forumactif.com/t2550-musique-georgette-lemaire                       Voici le lien du site »C’est arrivé près de chez nous »concu par mon ami Erik Machielsen. Vous y retrouverez Georgette en 1966 à Bruxelles en compagnie de Sylvie Vartan  https://www.facebook.com/groups/capdcn/      michou-geo-aturbanalain-turban-geo PARIS 2010 – MICHOU,GEORGETTE ET ALAIN TURBAN Merci à toi Christian de faire suivre ces photos!                                                                                                                                     azblob3ok1  Image de prévisualisation YouTube                                                         atom1-blog                                                              hot-plaza1       Ami       geo-bern1     Amitiés      Bernard             chr-et-pat-blog2             . Rendez-vous sans plus tarder chez  l’ami Ricochet à qui nous devons bien des fois « hommages » à notre vedette qui paraît boudée ailleurs. http://avignon.skynetblogs.be/      LA BELLE GEORGETTE DANS L’OPERETTE « RESTONS FRANCAISES » DE FRANCIS LOPEZ                                            1971   003-6003-bis2 5x-restfranc-blog2   http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/laurence-parisot-a-moi-les-bons-138021     Image de prévisualisation YouTube             trans                                  Image de prévisualisation YouTube                                                                                     mai                                                                                                                fondwarhol4x-blog-ok                                                                    61948_433383354129_936775_n                                          Avec Monsieur Bruno Coquatrix,qui l’aimait particulièrement                                          61674_433383639129_3376621_n                                     Chez Philips 1967,Herbert Leonard,Johnny,Georgette,France,Annie                                     Philippe,President Rosko,Rika Zaraï.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

25 novembre, 2011

Biographie & Astro GEORGETTE LEMAIRE

Classé sous Biographie — jaklin doumer @ 11:45

BIOGRAPHIE

CLIQUEZ SUR LE LIEN CI DESSOUS POUR LE THEME DETAILLE DE GEORGETTE

astrogeo.jpg

www.astrotheme.fr/portraits/5kh7jV8S5UT5.htm

36119resizeandfill416x3311.jpg

 

 

 

 

Elle est née le 15 Février à Paris(Belleville)dans un milieu  modeste,Paul, son père est ouvrier d’usine,sa mère,Léone,gravement malade est souvent hospitalisée,Georgette et sa soeur Danièle s’occupent très tôt des tâches ménagères,elle fréquente l’école de Belleville où elle suit une scolarité normale avec un plus d’être première en chant,ce qui n’est pas étonnant quand on connait la suite.Très jeune elle rencontre Daniel son premier amour.Jeunes et beaux tous les deux ils s’aiment et font très vite un premier enfant,Pascal,ensuite c’est Yvan qui nait peu de temps après.Les temps sont durs pour eux ,ils vivent à 4 dans un modeste séjour de 12m2,Daniel travaille comme garçon de café et Georgette fait des ménages pour subvenir aux besoins.C’est le Dimanche qu’elle va chanter chez « Louisette »aux Puces de Saint-Ouen et se fait connaître en y interpretant déjà les grandes chansons du repertoire réaliste: »Le Dénicheur » « Padam Padam »ainsi que « La Montagne » de Jean Ferrat,qu’elle chante à merveille!

47329resizeandfill416x3312.jpg

 

Sur ces photos Georgette et sa soeur Danièle(enfants) ,Georgette adolescente,Pascal et Yvan,ses deux fils,au centre thème astral de Georgette,des photos de presse,Georgette et ses parents.

bio1geoanneeado602640x480.jpg

Image de prévisualisation YouTube

 

En 1965 sa mère Léone l’encourage à participer à la fameuse émission de télé de R.Marcillac « le jeu de la chance »

leonegeo1.jpg, la roue tourne,pendant 5 semaines Georgette est plébiscitée par les téléspectateurs la route au succés s’ouvre à elle et la firme PHILIPS lui fait signer un fabuleux contrat.Elle est de Paris et le chante partout .47555resizeandfill416x3312.jpgCharles Dumont lui signe ses premières chansons »A faire l’amour sans amour » « Le coeur désaccordé »,viennent ensuite  »Et si c’était vrai » « Je ne sais pas » « Eblouis par notre amour » Première tournée d’été qui remporte un vif succès auprès de son nouveau public et sillonne les routes de france et de Navarre.

En 1967 elle enregistre de nouveaux titres »Elle ne chante plus » « Lui » et se voit la même année en vedette américaine dans le spectacle de Georges Brassens qui la prend sous son aile à Bobino,triomphes plusieurs soirs de suite,ç’est la consécration

logescenebobino.jpg

      

Une nouvelle tournée cette fois avec Alain Barrière et de nouvelles chansons dont certaines de J.J.Debout et R.Dumas »Les tambours et »Ilviendra.Nombreux sont les passages de Georgette à la télé,Discorama,Télé Dimanche,Palmarès des chansons etc…

fondnoir3.jpg

GEORGETTE INTERPRETE « LES GUINGUETTES » D’ALAIN BARRIERE

Image de prévisualisation YouTube

µbiogeorgette2.jpg

 

En 1968,année terrible pour la France,elle divorce d’avec Daniel pour épouser Bob Sellers son pianiste,de cette union naitrât Tony en1969(photo ci-dessus),également en 68 passage à l’Olympia en vedette américaine d’Enrico Macias  

ol681.jpg

Vient cette même année l’enregistrement d’une grande chanson signée J.J.Debout.et P.Sevran  »Vous étiez belle,Madame ».L’année suivante elle enregistre « Des millions d’amoureux »qui devient le grand succès de cet été 1969.69geo.jpgD’autres succès figureront sur cet album « Ce bonheur-là »"Et l’amour ».Elle passe pour la 1ère fois en vedette à Bobino,y fit un succès fracassant de nombreux artistes dont Serge Reggiani,Jeanne Moreau viennent assister à la première.

69coul2.jpg

1972 sortie de la chanson dufilm »Le Professeur »"Demain,sera différent »et passe en vedette à l’Olympia .Après un succès fracassant lors d’un » Musicorama »45652resizeandfill416x3311.jpg45167resizeandfill416x3312.jpgoù la fin du programme dépassa l’heure du dernier métro tant il y eu des rappels!Sa carrière fut alors un peu interrompue et,elle divorce d’avec Bob et quitte la firme PHILIPS pour signer un contrat chez A Z avec la chanson Phare »Superstar un soir »et des titres signés,P.de Senneville,O.Toussaint ou même J.LDabadie.Puis en 1976 elle est l’invitée d’honneur du spectacle de Julio Iglésias à l’Olympia et y crée la chanson »C’est fini »(Stupidi)d’OrnellaVanoni,son idole ,et chante sans micro »Vous etiez belle Madame »,le public se lève et l’acclame!!

diverscoul2bis.jpg

logeol76.jpg

1978 Un album sort sous le label »ACCORD »avec de très beaux titres dont »Heureuse »"On n’est pas au bal des adieux »ainsi que la chanson du film »L’Amour en question »(même titre)ecrit et composé par P.Delanoë et Olivier Dassault.

Elle réalise en 198O,ce dont elle rêvait depuis longtemps,un très bel album consacré essentiellement de 10 merveilleuses chansons de Charles Aznavour,parmi lesquelles »De t’avoir aimé »"Hier Encore » « Désormais » etc…Ce dernier lui fit la dédicace suivante: »Une voix,un coeur,une authenticité, et dans son chant les cris de l’animal blessé,telle qu’en elle même Georgette LEMAIRE ».

Il y a eu trois 45trs qui suivront sous d’autres labels,des titres comme « S’aimer » « Berlin » « Le soir où l’on refait l’amour » mais qui à vrai dire n’ont pas connu le succès,hélàs!On ressent qu’au cours de cette carrière Georgette Lemaire a toujours été seule à se battre,sans aucune opportunité ni management,quelques grands,cités tout au long ainsi que son cher public lui resteront fidèles pour toujours.

Elle le méritait bien sa distinction de » Chevalier des Arts et Lettres »en 1986 par Jack Lang,une émission spéciale de « La chance aux chansons » fût consacrée par P.Sevran à cet honneur.En Juin 1989, grâce à François Mitterrand qui intercède pour elle, elle fait partie de l’hemicycle du Conseil Economique et Social.Un seul CD et quelques nouvelles chansons sortiront sur un label privé intitulé »Intime »avec de belles chansons dont « Le temps des cerises » dédié à François Mitterand.Que s’est-il passé?Voix vraie et bouleversante,l’ont-ils étouffé?Nous, qui t’aimons,nous te disons, »Chante Encore ».

Biographie écrite et rédigée par Roland Gonda »La Guinguette à Georgette »

 

fondmardiok1640x480.jpg

consecoblog640x480.jpg

.Article du France-Soir Juin 1989:Georgette Lemaire, membre du Conseil économique et social,a découvert,mardi à 15 heures,l’hémicycle qui lui servira désormais de bureau,de référence et surtout de gagne-pain.Sâgement vêtue d’un ensemble noir à boutons dorés et d’une veste Prince de Galles,elle osait à peine franchir la porte de l’austère rotonde: »Je ne prendrai la parole qui si j’ai quelque chose à dire »,a-t-elle sobrement déclaré.Jamais elle n’avait eu un tel trac.Une nouvelle vie commence.L’appartement de Créteil lui plait bien,elle a déposé à l’Elysée une lettre de remerciement au président Mitterrand,et elle enregistre un disque avec un producteur indépendant.

 

GEORGETTE CHANTE AZNAVOUR- 1980

geoaznav2picsazna640x480.jpg

MERVEILLEUX ALBUM SORTI EN 1980 ET COMPOSE UNIQUEMENT DE CHANSONS BIEN CONNUES DE CHARLES AZNAVOUR.CE FUT POUR GEORGETTE UN VRAI BONHEUR ET SA FACON A ELLE DE DIRE MERCI A CELUI QU’ELLE ADMIRE TANT.

  »UNE VOIX, UN COEUR,UNE AUTHENTICITE,ET DANS SON CHANT LE CRI DE L’ANIMAL BLESSE,TELLE QU’EN ELLE MEME,GEORGETTE LEMAIRE 

www.c-aznavour.com

 

30 octobre, 2006

HENRI CONTET Parolier Célèbre (1904-1998)

Classé sous Bio / Presse — jaklin doumer @ 12:00

contetok640x480.jpg

Il a écrit pour Lucienne Delyle,Yves Montand,Régine,Georgette Lemaire et Edith Piaf.On lui doit l’inoubliable » Padam-Padam »,que chantait Edith ,et que Georgette a souvent interprèté.De Georgette il disait:

Georgette LEMAIRE,quand on l’écoute chanter, on la connait tout de suite et tout à fait simplement- c’est parce que son coeur est dans sa voix. Il n’en faut pas plus pour faire les vrais grands de la chanson.Mais c’est le plus difficile,pour la bonne raison que ça ne s’apprend jamais- c’est un don,Georgette a le don.

Je l’écoute,je la regarde et je n’entends et ne vois que la sincérité comme d’autres sont faits d’orgueil ou de témérité. Elle ne sait pas comment mais c’est ainsi.

Dans une époque où tout devient,dans ce métier, de plus en plus artificiel et trompeur,il faut remercier Georgette LEMAIRE d’arriver devant nous,sous les projecteurs,avec une aussi merveilleuse vérité.

                                                 Henri CONTET

http://www.auteurscompositeurs.com/contet.html

peio |
stefbm3 |
j'ai cette musique dans la ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | impressionism
| lorie
| En attendant Jarre